LA FIN DE LA FLANDRE BELGE ?

« précédent  suivant »
La fin de la Flandre belge ?

CÉLINE PRÉAUX

150 x 235 mm - 320 pages
ISBN 978-2-930627-17-5
22,95 €

Nombreux sont aujourd’hui les Belges qui s’interrogent sur le futur de leur pays. Alors que la Belgique est traversée par la plus longue crise de son histoire, d’aucuns se demandent s’il existe une porte de sortie à ce qui semble être un nœud gordien. Dans ce cadre, les experts se relaient pour tenter de remonter aux origines de la crise actuelle et d’éclairer le public sur les causes du malaise communautaire. Mais, si les relations entre Flamands et Wallons sont passées au crible de l’analyse, il est une partie de la population belge qui est entièrement laissée dans l’ombre : les francophones de Flandre. Or, selon nous, le problème des langues en Belgique n’oppose pas, comme on le dit souvent, la Flandre à la Wallonie. Il puise sa source dans les relations entre majorité et minorité en Flandre même. C’est aussi ce que nous démontrerons dans cette étude, première analyse d’envergure entièrement consacrée aux francophones de Flandre. Nous montrons en quoi la présence des francophones en Flandre explique l’orientation actuelle de l’identité flamande, une identité qui se veut aujourd’hui radicale, homogène, sûre d’elle et déterminée, mais qui est loin d’être gravée dans la roche.

 

 

Céline Préaux a effectué une licence en histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. Elle a ensuite obtenu un diplôme d’Études Approfondies, pour lequel elle a réalisé un mémoire au sujet des francophones de Gand dans les années 1990.

Passionnée par le sujet, elle a creusé la question dans une thèse de doctorat récemment défendue à l’ULB. Elle y met en relation le cas des francophones de Flandre et celui des anglophones du Québec.