CECI N'EST PAS UN DAUPHIN

« précédent  suivant »
PROPERTY="DC:DATE" DATATYPE="XSD:DATETIME"
Ceci n'est pas un dauphin

YVAN BECK

150 x 235 mm - 192 pages
ISBN 978-2-39000-051-8
20 €

Ce livre repose sur un constat : quels que soient les dossiers et les commissions auxquels Planète-Vie a participé durant ces vingt dernières années, les intérêts économiques ont toujours primé sur la protection des animaux. Certes, des textes de loi existent, mais ils sont limités dans leur portée et les moyens pour les faire appliquer manquent.

 

 

L’homme est ainsi devenu responsable du zoocide le plus important que la Terre ait jamais connu : chaque année, 60 milliards d’animaux domestiques sont tués dans nos élevages industriels, près de 1000 milliards dans l’écosystème marin, et 30 % des espèces de la faune sauvage devraient disparaître d’ici 2050…

 

 

La situation qui prévaut pour les cétacés et les delphinarium en est un exemple flagrant. Ce système aveugle, dénué de tout forme d’éthique ou de compassion, repose sur un fait juridique : l’animal est une « chose », relevant de la catégorie juridique du mobilier, et ce dans la plupart des ordres juridiques du monde. Or, si nous voulons réellement respecter la nature et les animaux, nous devons leur reconnaître une identité et des droits.

 

 

Prenant le dauphin comme ambassadeur, ce manifeste vibrant, appuyé par le monde artistique et de nombreuses associations, est un appel adressé à l’Homme et plus particulièrement à ses représentants politiques.

 

 

Accordez au monde vivant une catégorie juridique propre et indépendante de celles de l’humain et du mobilier, avec à la clé des droits qui permettront de changer leur destin. Et le nôtre, car tout est lié.

 

 

Yvan Beck est docteur en médecine vétérinaire, détenteur d’une DES en environnement et écrivain. Il préside depuis 1995 l’association belge Planète- Vie, fondée par le sénateur Roland Gillet. Après la publication de son premier livre, L’animal, l’homme, la vie (Les Éperonniers, 1998), Planète-Vie centra ses activités sur le thème de l’interdépendance du monde vivant ; « Lovemeatender », premier volet d’une trilogie documentaire dont il est auteur, illustra cette volonté. En 2000, il coordonna Liberté pour les dauphins (Labor, 2000), un premier ouvrage sur la captivité des dauphins qui scella la fermeture du delphinarium du zoo d’Anvers. Le Dr Beck représenta Planète-Vie au sein de la Commission delphinarium belge durant toute la durée des travaux de celle-ci.